L’administration fiscale

L’administration fiscale

8 septembre 2018 Non Par panel52

L’administration fiscale entend parler d’impôts. Communément, la définition de l’administration fiscale est un groupement d’institutions publiques qui se chargent de la gestion des impôts, du contrôle et de la perception des impôts qu’il soit direct ou indirect. On l’appelle également le fisc.

Administration fiscale, fonctions et rôles

L’impôt est le centre d’intérêt de l’administration fiscale, ainsi, elle est directement rattachée à l’État. L’impôt est un élément non négligeable dans l’économie et la finance publique. Il regroupe la contribution de la population aux dépenses publiques. Étant donné que le fonctionnement de l’État en dépend, le contrôle fiscal est une pratique que l’administration publique pousse. Il consiste en une confrontation des impôts déclarés par un tiers ou une entreprise avec le réel. Dans le cas où les données seraient faussées, l’administration fiscale oblige au concerné un redressement fiscal, qui est la rectification de la base imposable déclarée. L’administration fiscale a donc pour rôle principal de veiller à ce que chaque acteur de l’économie participe comme il se doit au fonctionnement de l’État. Généralement, l’administration fiscale a la structure suivante, il y a une direction générale des Finances publiques et une direction des Douanes, mais cela peut être différent selon la structure politique, financière et économique du pays. La douane est une des plateformes qui fait interagir des flux d’échanges importants pour le pays.

Administration fiscale, enjeux et intérêts

Dans beaucoup de pays en voie de développement, l’administration fiscale est un terrain de corruption. En effet, les activités économiques se font en off ou le plus souvent sur un marché non réglementé, ainsi, les impôts de ces acteurs économiques ne rentrent pas dans la comptabilisation de l’État général. Aussi, bien souvent, le conseiller fiscal de l’entreprise fait passer des déclarations faussées pour un intérêt double en sa faveur et en celle de l’entreprise. Il faut savoir que les impôts des douanes, des secteurs privés et des entrepreneurs comptent une grande partie de toute la finance publique. D’où la généralisation de la corruption. À titre d’exemple, lorsqu’un redressement fiscal est en cours, le contrôleur des impôts lui-même perçoit souvent une partie de ce que doit être la taxe à payer par l’entreprise.

Pour permettre le fonctionnement de l’État, chaque entité ou tierce personne exerçant une activité génératrice de revenus doit contribuer à une hauteur définie par les différentes lois de finances, cela ne peut se faire que par une administration fiscale efficace et transparente. En outre, l’une des choses qui se répète, la majeure partie des grands acteurs du secteur privé appartient à une personnalité de l’administration fiscale et donc qui détient les comptes d’exploitation standards et peuvent ensuite déformer leur déclaration de recettes et en ce sens, payer des impôts non calculés sur la base réelle.

L’administration fiscale regroupe donc des services en qui l’Etat doit avoir un maximum de confiance et de gestion. À sa tête, des leaders plus transparents sont sollicités afin de générer un État actif et autonome dans son fonctionnement. Ceci doit en outre s’appuyer d’un secteur privé honnête et intègre qui paie ses impôts puis d’une population active qui remplit ses obligations.

Article connexes